A mes très chers grand-parents, Georges et Christiane de Quillacq.
"N'ayez jamais peur de vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hazard, à la chance, à la destiné, partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres expériences, le reste vous sera donné de surcroît." Henri de Monfreid.

Le Voyage

Le Voyage

L'Itinéraire présumé. Tout peut changer

France - Egypte - Soudan - Ethiopie - Djibouti - Yemen - Oman - EAU - Iran - Turkménistan - Ouzbékistan - Kirghizstan - Chine (Turkestan Chinois) - Pakistan - Inde - Nepal - Bhoutan - Birmanie - Thailande - Cambodge - Laos - Vietnam - Hong-Kong

lundi 4 février 2008

Hong Kong de Septembre a Noel 2007


J’y suis arrivé ! Me voila au bout de mon voyage pas encore au but. Il me faut un job ici pour y arriver.

Je retrouve Lionel qui était venu au Yémen, et Laura venue à Dubaï pour une pose luxe et fête et en Thaïlande. Ca me fait plaisir de les retrouver. Je vais rester trois mois chez Laura.

La ville est surprenante. Sa façade sur la baie est un mur de modernité, les tours d’architecte de verre s’élancent au dessus de la mer. Derrière les tours d’habitations se dressent les unes contre les autres dans les rues étroites de Hong Kong, elles sont étrangement fines, la plupart sont moches, sorte de HLM. La densité de population en fait une ville extrêmement vivante de matin jusqu’au bout de la nuit.
Ici se mêlent modernité et tradition, on y voit aussi bien les grands centres commerciaux luxueux et les magasins plus traditionnels, des échoppes ornées de canards laques qui pendent, aux pharmacies chinoises avec toutes sortes d’animaux sèches, de l’hippocampe au crapaud, avec ses nids d’hirondelle, élixir de jouvence et ses poudres de corne de rhinocéros, viagra chinois.
Les enseignes chinoises se mêlent aux enseignes occidentales les plus célèbres.
La population est une sorte de mélange du monde entier ou la proportion de chinois reste nettement majoritaire. Les Hongkongais forment la classe dirigeante très riches et la classe moyenne, les expatries une classe aisée à part, et les travailleurs du monde entier forment les classes les plus pauvres. On y trouve les Philippines, femmes de ménage, nounous ou prostituées, les Sri lankais, Indiens et Népalais dans les cuisines ou au service dans les hôtels ou encore dans les travaux publiques. Les autres occupent des métiers lies a leur origines, Pakistanais et Iraniens dans les tapis, Français dans le luxe, les restaurants et les bars…
L’image des impressionnants échafaudages en bambou accroches aux gratte-ciel est certainement celle qui caractérise le mieux cette ville, mélange de modernité et reste de traditions.

Il y a beaucoup de chose à dire sur les Hongkongais. Ils sont les plus dépensiers d’Asie, la ville n’est qu’un immense marché. Ils sont superstitieux, ils aiment le jeu, les tripos et les paris. Les bateaux pour Macao sont pleins le week-end, les chinois envahissent les casinos pour y perdre leur salaire. Macao a dépassé Las Vegas en terme de chiffre d’affaire, les casinos y poussent comme des champignons. La ville portugaise disparaît peu a peu a l’exception de quelques rues épargnes par les promoteurs mais le portugais reste une langue officielle et la cuisine et le vin verte ont aussi résisté. Il y a règne indiscutablement un parfum latin.

L’autre charme de Hong Kong est l’archipel d’îles qui l’entoure. A une heure de bateau on se retrouve dans des petits ports de pêche, parfois sur pilotis. On y mange des crustacés et des poissons cuits dans le soja.
Les plages de Hong Kong sont à 10 minutes du centre sur la face sud de l’Ile. Elle est une des rares villes au monde où l’on croise des surfeurs dans le metro après une journée sur les vagues de Big Waves bay, plage au nom bien prétentieux.


HongKong c’est aussi la ville de la copie. On y reproduit tout, de la fête de la bière avec ses chinois en Bavarois ou les fêtes écossaises et ses chinois en kilt et jouant de la cornemuser, prodigieux ! Mais peu a peu on sent naître une culture qui leur est propre, le cinéma Hongkongais en est la preuve.

La vie y est facile pour les expatries, le prix des appartements est cher mais le reste est nettement plus abordable que Paris, les taxis coûtent rien, les restaurants populaires sont donnés. Tout est simple et rapidement la ville vous accueille et vous parait d’un coup beaucoup plus petite. Le rythme se met en place, fetes, randonnees, sport, week end a Macao, Shen Zhen.. L’insécurité est inexistante pour ceux qui n’ont pas de démêlés avec la mafia.

Mais HongKong est avant tout une ville d’argent et de business, tout le monde veut gagner et gagner toujours plus pour depenser plus. On se prendrait facilement pour des entrepreneurs tellement l’ambiance s’y prête.


Apres trois mois dans cette ville surprenante à la recherche d’un job, le temps commence à être long et l’Europe se met à me manquer de nouveau.

1 commentaire:

Solene a dit…

bonjour !

Je viens de lire votre périple et j'aurai quelques informations à vous demander, je pars à hong kong la semaine prochaine.

Merci !!