A mes très chers grand-parents, Georges et Christiane de Quillacq.
"N'ayez jamais peur de vie, n'ayez jamais peur de l'aventure, faites confiance au hazard, à la chance, à la destiné, partez, allez conquérir d'autres espaces, d'autres expériences, le reste vous sera donné de surcroît." Henri de Monfreid.

Le Voyage

Le Voyage

L'Itinéraire présumé. Tout peut changer

France - Egypte - Soudan - Ethiopie - Djibouti - Yemen - Oman - EAU - Iran - Turkménistan - Ouzbékistan - Kirghizstan - Chine (Turkestan Chinois) - Pakistan - Inde - Nepal - Bhoutan - Birmanie - Thailande - Cambodge - Laos - Vietnam - Hong-Kong

lundi 2 juillet 2007

Pakistan : de Gilgit aux Vallees Kalash du 22 au 29 juin

"Ils buvaient du vin, leurs danses cultuelles avaient des allures bachiques, leur pays ressemblait à la Grece, ces vallées d'eau et de champs cernes par un écran de montagnes : réconfortant Hindu Kush après les déserts. Et ces visages si familiers..." racontent les chroniqueurs des conquêtes d'Alexandre.
En effet, au fin fond de ces montagnes de l'Hindu Kush les forets sont de chênes verts, le ciel et la lumière rappellent ceux de la méditerranée, le raisin pousse, le vin ressemble à la grappa et les cigales chantent... Les habitants ont la peau clair et les yeux verts, j'ai partagé la surprise de ces hommes.
Mais ce n'est pas dans la couleur de leur peau que reside le plus étonnant mais bien dans les traditions du peuple Kalash. Tout le nord du Pakistan, une partie du Turkestan chinois et l'Iran mais aussi le nord de l'Inde sont habités par ces peuples à la peu clair. Ils sont sans doute arrivés avec les invasions Indo Européennes venues des plaines de l'Europe septentrionale à partir du 3eme millénaire avant JC. Ils ont envahi les plateaux d'Iran, traverse l'Indu Kush puis atteint le Penjab et les premières plaines du Turkestan chinois.
Au regard de leur langues et malgré la légende persistante, ils ne seraient pas les descendants des soldats d'Alexandre mais peut être de ceux de Dyonisos ! L'empire Kushan issu de ces peuples montre neanmoins de nombreuses influences grecques...

Après trois jours de routes au départ de Gilgit dans de belles vallées verdoyantes peuplées d'Ismaliens toujours aussi accueillants et tolérants, après avoir traversé le col du Shandur ou se déroule le plus prestigieux tournois de polo du Pakistan entre les meilleures équipes de Gilgit et Chitral, je suis parvenu à Chitral, capitale de la région du même nom.

C'est dans cette région, à seulement trois heures de Jeep de Chitral sur des routes escarpées, à seulement 6 heures de marche de l'Afghanistan, que le dernier peuple "infidele" tente de sauver son étonnante identité face à ses voisins musulmans. A la fin du 19eme siècle, le sultan de Kabul a lancé contre le Kafiristan, "pays des infidèles", la plus grande offensive mettant un terme à ces croyances sur la face afghane de l'Hindu Kush.

Il ne reste aujourd'hui que trois vallées d'environ 30 km chacune ou vivent les 4000 derniers Kalash.

En entrant dans ces vallées, on découvre un monde fantastique, où les fées d'une extrême beauté, maîtresses des eaux et des lacs remplis d'or, s'éprennent de bergers dans des amours impossibles, oùles mauvais esprits hantent les forets, où les dieux communiquent au travers de chamanes, punissent les fautes par des maledictions et protègent les Kalashs.
Il règne dans ces trois vallées une réelle harmonie. Les maisons sont ouvertes aux voisins, les hommes et les femmes se mélangent et partagent leur quotidien. Ces dernières sont vêtues de robes noires brodées de jaunes et d'orange, elles portent de nombreux colliers de perles de verre jaunes et orange, et de longues coiffes faites de coquillages. Leur regard est vert profond, leur nez est long et les pommettes saillantes, elles sont parfois très belles.

Les enfants jouent au cricket avec des bouts de bois, se baignent dans des bassins ou sautent de toit en toit. Ils mangent des abricots et des mures en grimpant dans les arbres et surtout ils rient autant que leurs parents. Les femmes encore, sont souriantes, n'hésitent pas à s'approcher et à tenter de discuter avec des regards troublants.
La nature est généreuse, les arbres sont immenses et pleins de fruits, les champs verts et l'eau abondante et pure. Ils ne semblent pas s'acharner au travail, le travail dans leur religion est le résultat des punitions de dieu, donc une corvée. La faute d'Adam et Awa, ou celle d'une autre femme qui au temps ou la neige était du fromage et où il suffisait de se baisser pour se nourrir, lava son fils avec ce don des dieux, mécontents ils transformèrent ce formage en neige, et l'homme connu le travail...
Ils n'ont pas de texte, leur religion est orale et faite d'histoires et de légendes que les behars, sorte de chamanes, ou les anciens racontent pendant les fêtes religieuses, les sacrifices ou les soirées d'hiver. Leur mémoire est inépuisable. S'ils ont un dieu, Khodia, plus grand que les autres, créateur de l'univers et d'Adam puis d'Awa avec la propre cote d'Adam, ils ont aussi une multitude de dieux qui intercèdent pour eux auprès de Khodia. Dans chaque vallée, il existe des dieux particuliers parfois ramenés d'Afghanistan après le massacres et la conversion des Kafirs. Dans leur mythologie, à l'instar des juifs, ils ont migré 500 ans avant de trouver le Tsyam dont ils furent ensuite chassés. Ils se disent descendant d'un des 7 fils d'Adam et Awa, celui qui assassinat son frère pour lui prendre sa femme est le père des musulmans.
Les hommes et femmes boivent du vin Kalash, sorte de grappa, fument parfois du hashich qui pousse comme de la mauvaise herbe. Ils boivent principalement lors des cérémonies qui sont extrêmement festives et permettent parfois de jeter toutes les rancunes.
Ce monde insolite, qui éveille la curiosité et l'imagination et rappelle nos contes d'enfants, résistera t il au prosélytisme musulman et au matérialisme occidental amené par les touristes et les commerçants ?

Pendant ces quelques jours, je me suis permis de rever...


2 commentaires:

christilla de la p. a dit…

je continue à te suivre pas à pas ,admirative et envieuse!!mais je n'arrive plus à envoyer de message..je t'embrasse Christilla

christilla a dit…

il semblerait que cette fois ci cela ait marché;je rêve de faire un tout petit peu comme toi,mais n'est-ce pas trop tard